Pois Congo (Cajanus Cajan, Pigeon Peas)

Sale!

G70.00 G65.00

Le pois congo ou pois d’Angole  est à la fois une culture vivrière (pois secs, farine, pois frais ou légumes verts) et une culture fourragère de couverture. Les pois contiennent des niveaux élevés de protéines et d’importants acides aminés (méthionine, lysine et tryptophane. En combinaison avec des céréales, le pois Pois Congo ou d’Angole  constitue une alimentation humaine équilibrée.

La germination améliore la digestibilité des pois d’Angole secs via la réduction des sucres digestibles.

En Inde, les pois cassés (toor dal) sont l’un des légumes secs les plus populaires grâce à leur teneur en protéines importante dans un régime principalement végétarien.

En Éthiopie, les gousses mais aussi les jeunes pousses et les feuilles sont cuites et consommées.

Un plat à base de riz et de pois d’Angole verts (appelé « moro de Guandules » ou « arroz con gandules ») est un aliment traditionnel en République dominicaine, à Porto Rico, Comores, Trinité-et-Tobago et à la Grenade ou on trouve une variante appelée Pelau qui comprend la production bovine ou de volaille, et parfois de la citrouille et des morceaux de queue de cochon.

En Guadeloupe et en Martinique, le pois d’Angole est l’accompagnement classique du plat principal de Noël et se consomme presque exclusivement à cette période.

En Thaïlande, il est cultivé pour servir d’hôte aux cochenilles qui produisent de la laque.

Comme toutes les légumineuses, le pois d’Angole enrichit le sol en azote grâce à la fixation symbiotique de l’azote. Il est ainsi un engrais vert fournissant jusqu’à 40 kg d’azote par hectare.

La matière ligneuse des tiges de pois d’Angole peut également être utilisée comme bois de chauffage, matériau pour clôture ou chaume.

Category:

Description

Le pois congo ou pois d’Angole  est à la fois une culture vivrière (pois secs, farine, pois frais ou légumes verts) et une culture fourragère de couverture. Les pois contiennent des niveaux élevés de protéines et d’importants acides aminés (méthionine, lysine et tryptophane. En combinaison avec des céréales, le pois Pois Congo ou d’Angole  constitue une alimentation humaine équilibrée.

La germination améliore la digestibilité des pois d’Angole secs via la réduction des sucres digestibles.

En Inde, les pois cassés (toor dal) sont l’un des légumes secs les plus populaires grâce à leur teneur en protéines importante dans un régime principalement végétarien.

En Éthiopie, les gousses mais aussi les jeunes pousses et les feuilles sont cuites et consommées.

Un plat à base de riz et de pois d’Angole verts (appelé « moro de Guandules » ou « arroz con gandules ») est un aliment traditionnel en République dominicaine, à Porto Rico, Comores, Trinité-et-Tobago et à la Grenade ou on trouve une variante appelée Pelau qui comprend la production bovine ou de volaille, et parfois de la citrouille et des morceaux de queue de cochon.

En Guadeloupe et en Martinique, le pois d’Angole est l’accompagnement classique du plat principal de Noël et se consomme presque exclusivement à cette période.

En Thaïlande, il est cultivé pour servir d’hôte aux cochenilles qui produisent de la laque.

Comme toutes les légumineuses, le pois d’Angole enrichit le sol en azote grâce à la fixation symbiotique de l’azote. Il est ainsi un engrais vert fournissant jusqu’à 40 kg d’azote par hectare.

La matière ligneuse des tiges de pois d’Angole peut également être utilisée comme bois de chauffage, matériau pour clôture ou chaume.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *